Éternité

Hier encore, c’était une toute petite graine et aujourd’hui, le pré embaume tellement les fleurs sont nombreuses.

Hier encore, c’était un tout petit gland et aujourd’hui, c’est le plus grand chêne du parc.

Hier encore, elle dormait bien au chaud dans sa coquille d’oeuf et aujourd’hui, elle vole au-dessus des villages et des forêts.

Hier encore, il était petit et malingre et se faisait bousculer par les membres de sa famille et aujourd’hui, il est le mâle alpha et en impose à tous en donnant l’exemple.

Hier encore, c’était une toute petite pépite au fond de la rivière et aujourd’hui, elle brille de tous ses feux au poignet d’une princesse.

Hier encore, il n’entendait le chant de la pluie qu’à travers la terre et aujourd’hui, il jaillit du coeur du volcan pour tenter d’atteindre les nuages.

Hier encore, j’avais 20 ans…et aujourd’hui…. non là, je triche un peu mais c’est pour dire que le temps passe vite lorsqu’on agit avec son coeur… ou plutôt qu’il n’existe pas vraiment dans ce cas-là.

KODAK Digital Still Camera

Avancée

Il y a une multitude de façons de vivre sa vie et chacun marche son chemin à son rythme.

Tout à l’heure, une Lumière s’est présentée à moi et m’a souri. Elle avait les traits d’un acteur de cinéma au doux regard qui est venu me rappeler que nous avons tous un rôle à jouer ici-bas et des messages à faire passer.

Pour y parvenir, il faut se souvenir de qui nous sommes vraiment afin de transmuter chaque expérience en une leçon de Vie que nous garderons précieusement en nous pour l’Éternité.

Nous avons beaucoup à apprendre et en alliant notre bon sens, notre confiance et notre courage alors tout devient possible parce que nous ne sommes jamais seuls.

Merci Monsieur Lanoux d’être toujours avec nous.

Joie d’Être

Il était une fois une plume qui dansait dans le vent. Elle s’était détachée du bel oiseau blanc qui la portait depuis fort longtemps pour partir seule à l’aventure.

Elle s’était posée sur le toit d’une maison et avait observé tant de choses : des fleurs poussaient dans les jardinières mais également sur les arbres qui abritaient de nombreuses petites créature ; des humains se croisaient et parfois se parlaient, parfois s’ignoraient ; des animaux domestiques redécouvraient l’espace d’un instant la vie sauvage lorsqu’ils apercevaient un oiseau s’envoler près d’eux ou une souris se faufiler dans le jardin jouxtant leur demeure.

Elle savourait tout cela et un jour, un grand vent la fit décoller et elle monta encore plus haut avant de retomber sur le sol. Elle crut que l’aventure allait s’arrêter là, mais une petite fille la ramassa et l’emporta avec elle.

Elle vivait à quelques lieues de ce village et elle se retrouva donc dans un nouvel endroit : une cabane construite au milieu d’un bois. Elle fit alors la connaissance d’une nouvelle faune et d’une nouvelle flore et enrichit son coeur de milliers de connaissances.

Quelques années plus tard, la petite fille décida de l’utiliser pour écrire des histoires. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle plongea pour la première fois dans un encrier et comme elle fut ensuite heureuse de raconter au monde entier tout ce qu’elle avait appris de ses observations…

Merci Dame Nature

Ce matin, le long de la rivière, je suis allée me promener. Alors que j’allais m’en éloigner, une petite voix m’a soufflé de continuer. Je suis donc entrée dans un pré et j’ai entendu un peu plus loin une cascade chanter.

De loin, je l’ai admirée mais une forte envie de la voir de plus près me taraudait. Alors j’ai bien observé et mon coeur, j’ai écouté.

Sur un tronc d’arbre, le cours d’eau, j’ai traversé et à quelques mètres d’elle, je me suis enfin retrouvée. Pour ce cadeau, la Vie j’ai remercié et j’ai aussi réalisé l’honneur qui m’avait été fait.

En retour, je me suis engagée à ne plus laisser le doute me perturber car jamais, ô grand jamais, seule je n’ai été ni ne serai…

Magie de l’enfance

« Pourquoi pleures-tu mon enfant ? On dirait que tu as un gros chagrin, » demanda la vieille femme au garçonnet tout en lui caressant les cheveux d’un geste tendre.

« Je me suis disputé avec mon meilleur copain et il m’a poussé si fort que je suis tombé. J’ai cassé le pot que je devais ramener à ma maman. Je vais en plus me faire gronder, c’est vraiment une dure journée », hoqueta l’enfant dont les larmes commençaient néanmoins à doucement se tarir.

« Si tu expliques la situation à ta mère, elle comprendra et ne pourra pas t’en vouloir. Quant à ton ami, laisse-lui du temps et il reviendra lorsqu’il aura réalisé que lui aussi n’est pas toujours très gentil. »

« Vous croyez que tout est aussi simple ? » interrogea le petit garçon, les yeux écarquillés le visage levé vers son interlocutrice et les yeux émerveillés.

« Oui je le crois. Il faut accueillir ses larmes, ensuite accepter la réalité et enfin laisser le temps faire son oeuvre. Comprends-tu ? »

« Merci » cria-t-il de loin car il avait déjà repris son chemin d’un pas léger et alerte.

Reflet d’Âmour

Ce jour-là, le petit éléphant s’était aventuré seul jusqu’à la rivière pour boire mais avant de plonger sa trompe dans l’eau, il se pencha sur son reflet.

Il était intrigué devant cette image car il croyait vraiment être seul. Y aurait-il un autre éléphanteau là-dessous ? Il ne bougeait plus et s’interrogeait.

Tout à coup, sa mère qui s’inquiétait de ne plus le voir bouger le rejoignit. Il sursauta et s’empressa de l’étreindre tout aussi spontanément.

« Je comprends, tu es à côté de moi et ce n’est qu’une image que je vois dans l’eau ! » dit-il joyeusement rassuré.

« Oui, c’est cela. Tu nous vois dans l’eau et tu nous sens dans l’air. Ton instinct te permet de distinguer la réalité de l’illusion. »

« Et c’est grâce à toi que j’ai réalisé cela donc quand je te vois toi, je me sens davantage moi. »

Toute créature a besoin des Autres pour apprendre à se connaître, pour découvrir la Vie et pour être…

Tendre douceur

Depuis quelques jours, je me sens d’un calme olympien selon la formule.

De la bienveillance plein le coeur tout autant que de la détermination à réaliser mes rêves, de la lucidité quant à la réalité et de la confiance en l’invisible, de la joie plein la plume avec néanmoins parfois une once de tristesse dans les yeux…

Je ne lutte plus mais je m’abandonne à la Vie, je remercie toutes les créatures de m’éclairer de leur essence même et je mets toute mon Âme au service de l’Âmour.

Je travaille sur mon prochain roman mais je pense à vous très fort…

Noël 2020 : la Paix du coeur

Que cette période soit l’occasion pour tous de faire un bilan et de regarder au fond de son coeur afin de laisser la Lumière de l’Âmour rayonner sur tout l’Univers.

Ne plus accepter de jouer le jeu du bien et du mal, du plus et du moins, du moi sans toi.

Donner et recevoir de manière spontanée et équilibrée afin que le lien qui existe entre tous soit purifié.

En me pardonnant toutes mes souffrances d’hier dues au fait que je ne faisais que juger plutôt qu’aimer alors je m’offre un vrai miracle de Noël : celui de pouvoir commencer une nouvelle existence où chacun pourra être soi en toute transparence.

Joyeux lâcher-prise, à partager sans modération…

Gratitude

Il y a quelques mois, j’ai fait une merveilleuse rencontre avec un animal fantastique. Grâce à cette apparition et en laissant parler mon coeur, j’ai découvert que tout était question de regard dans l’existence.

Dès lors que tu penches la tête pour mieux entendre ou que tu cales ton souffle sur ton ressenti du moment alors tout est possible.

Tu es à la fois un tout petit Être dans l’immensité de l’Univers et un grand décideur dans ton minuscule quotidien. Tu es la Lumière qui guide le Monde vers demain et tu es aussi l’ombre qui le fait rester figé dans le passé.

Tu es tout à la fois et tu ne dois jamais oublier que tu as le droit de changer d’avis à chaque instant… parce qu’ainsi est la Vie.

Pour résumer, grâce à mon Âmie, j’ai abandonné plein de croyances pour me libérer de la peur d’être moi. Je la remercie donc de toute mon Âme et lui souhaite un magnifique voyage au Pays des Cœurs Purs…

Clin d’œil de la Vie

Il était une fois un serpent qui ne comprenait jamais pourquoi les gens criaient lorsqu’il apparaissait.

Il avait peur de leur peur, peur de les décevoir, peur d’être lui alors il ne sortait que très rarement car à chaque fois, il se désespérait de ce remue-ménage qu’il causait autour de lui.

Il se décida donc à demander conseil au vieil hibou qui logeait dans l’arbre près de chez lui.

Oui, je sais, c’est étonnant mais comme il ne savait pas qui il était exactement, il ne se méfiait de personne et son coeur pur le protégeait de tous les dangers !

Le hibou sourit de sa question et lui dit : « Si tu veux que les choses changent alors toi, change et sache que l’affirmation de soi passe souvent par un temps de désapprobation de la part des Autres mais ça fait partie des règles du jeu et ça ne dure jamais très longtemps. »

Le serpent le remercia et s’en retourna chez lui. Avant de s’endormir, il pria le Ciel de lui venir en aide, ne doutant absolument pas d’être exaucé très rapidement.

Le lendemain, lorsqu’il se réveilla, il vit qu’il avait mué alors tout naturellement, il cessa de se poser des questions, accueillit les cris des humains comme des vivats et vécut heureux jusqu’à la fin de ses jours…